le Net plus ultra...

Publié le par manu-fishing.over-blog.com

article net

 

Une page de blog traitant d’internet ! Cela me fait penser aux discours d’un alcoolique sur l’addiction, ou mieux encore aux diagnostics de médecins fumeurs sur les pathologies pulmonaires.  Après tout n’est-on pas ainsi le mieux placé pour en parler ? En effet, on légitime un papier technique de David DUBREUIL car on sait tous qu’il a une  vraie expérience pratique ? (Et bien sur qu’il est d’une intelligence certaine.)

Pour en revenir au sujet, je crois que la toile est une focale précise du monde de la pêche. En effet, cette loupe mets immédiatement en valeur les bonnes choses et bien sur les pires !

La première question à laquelle j’ai envie de répondre c’est : pourquoi écrire sur la pêche (que ce soit article papier, blog, mur…). Pour ma part mes premiers essais (très loin d’être littéraires…) étaient simplement le fruit d’une envie de prolonger ma passion. En effet, écrire ou encore lire le récit d’une session passée est le moyen le plus efficace de se replonger dans l’ambiance, celle qui nous motive tant à aller et retourner sans cesse au bord de l’eau. C’est un peu comme les odeurs… celle de la pelouse fraichement tondue, ou encore celle d’une averse après un puissant orage estival. Celles-ci me renvoient immédiatement à ma plus tendre enfance.

De même n’est on pas systématiquement en train d’échanger sur la pêche lorsqu’on rencontre un autre pratiquant. Alors comme on lance une conversation avec un passionné, la rédaction d’un sujet est assurément un moyen de cultiver son béguin toujours plus longtemps, mais également un moyen de s’enrichir. En effet, pour avoir un peu de fond, un minimum de conversation, il convient de savoir de quoi on parle. Aussi je crois que les sujets les plus pertinents sont ceux qui ont fait l’objet d’un peu de recherche, de travail bibliographique, d’enquête, de lecture… cela alimente assurément la substance. C’est ce que j’appellerai avoir de la conversation. C’est aussi ce qui fait la différence entre un mec avec qui tu discutes 3h puis l’autre qui te donne envie de t’échapper au bout de 5 ! Ceci est dit sans arrogance. Je n’oubli jamais que l’on est tous le benêt de quelqu’un. Ainsi c’est la même chose avec les articles papiers que l’on dévore et que l’on a envie de relire et les torchons que l’on vomit les premières lignes à peine parcourues. Le papier est également un moyen de s’enrichir via les réactions que l’on provoque, ou tout simplement des compléments d’expériences des autres. Beaucoup disent que l’important c’est d’apprendre. Je me permets d’ajouter que ce qui est nécessaire c’est surtout de découvrir, surtout si cela nous permets de comprendre. Surtout à la pêche !

C’est un peu comme cette sensation de se sentir moins con aux côtés de gens brillants, une lecture intelligente nous soulage un peu (Ce n’est pas pour rien que le talent des meilleurs, quelques soient leurs disciplines, c’est assurément de savoir bien s’entourer). A l’inverse des chroniques fades et nombrilistes dont le Net est tapissé. En effet, si la toile permet de découvrir certaines personnes attachantes relatant des expériences, des témoignages et parfois des photos fantastiques, elle permet aussi d’y voir la sacralisation de la sous culture absolue. Cela me fait penser au syndrome de la télé. Il semble qu’il y ait tacitement une idée reçue comme quoi cet outil médiatique détient la vérité absolue… plus encore, le but n’est plus de faire les choses parce qu’elles ont un sens mais de juste figurer, d’être présent. Ainsi Internet n’échappe à cette décadence intellectuelle qui consiste juste à monter que l’on fait parti du truc… Je n’oubli pas que nous avons tous besoin d’exister. Comment se sentir plus vivant qu’en étant reconnu. Ne suis-je pas pareil ? En effet qu’elle besoin ai-je d’illustrer largement mes propos ?

La véritable réponse à cela n’est-il pas d’être reconnue pour ce que l’on est vraiment ?  En effet, un enfant arborant son dernier dessin n’a-t il pas besoin d’exister auprès de son père plus absorber par la retransmission d’une finale footballistique que par les chefs d’œuvre de son rejetons. Probablement, mais cette reconnaissance s’entend aussi par la vérité. En effet, rien ne sert de dire que son fils est le nouveau Monet, surtout s’il est daltonien. La vérité dite dans la forme est assurément une preuve de l’attention que l’on porte. Dire la vérité, même blessante à priori, est bien plus forte de sens que de faire ce que l’on attend de toi. Ainsi il n’est pas malsain de dire à son tendre amour qu’elle a un peu grossi plutôt que de continuer à faire l’éloge de ses fesse si celles-ci ressemblent après quelques années plus à un évier double bac qu’aux célestes courbes de ses 23 ans (enfin 18 pour Numa).

Je crois que j’en ai fait pas mal pour justifier ce qui suit… Je veux surtout juste évoquer ce qui est pour moi l’insupportable. Ce qui pour moi ne justifie pas  l’élitisme de bas étage qu’offre parfois Internet qui n’est rien de plus qu’un outil. Celui-ci n’offre pas un fond nouveau, et encore moins différent, mais simplement une mise en forme plus brillante, en tout cas permettant peut-être un mise en lumière plus efficace. Alors oui je déteste les pêcheurs qui lâchent sur leurs murs leurs tableaux de chasse… enfin de pêche ! Leurs 80 perches journalières, leurs brocs de 1,20 m et plus ou leur bass de 53 ! Pire encore, les potes qui derrière surenchérissent avec leurs « LOL ». Je serai curieux de savoir la proportion d’internaute connaissant véritablement la signification du fameux lol… J’ai moins de mépris pour ceux qui utilisent la version française car elle au moins on imagine qu’ils savent ce que cela signifie. Mais ceci n’est qu’une illustration de mon ressentit. J’aurai pu le résumer avec nos maux du quotidien. Combien sommes-nous à nous imposer le regroupement matinal autour du café d’embauche ? Je ne suis assurément pas le seul à détester l’échange de banalités visant la météo ou la sortie dominicale du voisin de bureau. Alors oui bien sur la vie n’est pas faite que des échanges richissimes visant la question philosophique, ou encore tout n’est pas aussi drôle que le suspens visant les prochains projets de noce d’un certain rédacteur en chef chaque fois qu’il rencontre l’amour de sa vie. Alors oui je ne choisi pas mon frère ou mon père, pas plus que mon collègue de bureau… (Et encore !), mais par contre je choisi mes compagnons de pêche que se soit sur un bateau ou derrière un mur de réseau social. Rien ne me force à lire ce que je qualifie d’inepties… c’est sur. Alors de manière tout aussi certaines j’écris un tel papier car il me permet d’y voir moi-même plus clair. Cela coûte bien moins chère qu’une séance chez mon psy  (41€ !!!!) et m’évite lâchement d’écouter les déboires d’un meilleur ami émotionnellement absent, et halieutiquement insipide.

Ces lignes m’auront aussi permis d’occuper un moment de libre en attendant dimanche… Ce dimanche toujours trop long à venir et tellement éphémère… celui ou je serai sur mon bateau seul avec ma tête de con ou bien accompagné avec mon super pote n’oubliant jamais son humour, son intelligence ou surtout pas ces tribulations sexuelles ! je n’ai pas besoin de le citer il se reconnaitra. par contre mes prochaines sessions avec Nico, Yon ou encore Batiste seront assurément riches, pour des raisons aussi différentes qu’ils le sont entre eux… Ainsi dimanche je ne sais pas trop si « je défoncerai les perches de Cazaux au plomb pal », mais par contre je sais que je n’imposerai cela à personne sur mon blog… surtout pas à moi-même !

photo(6)

Le prochain vainqueur de la finale du Défi !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LAKER 04/08/2011 14:00


Tu étais en colère !!!
aller je résiste pas à te le faire : Loooooooooooooool *
*Beaucoup de rires !!!!!!

Moi je veux bien les voir tes perches de cazaux, faut malheureusement bien admettre que la plupart du temps, une mosaïque de tofs remporte plus de succés qu'un article "biblique" sur les aspects de
telle ou telle pratiques, même si ces lignes se révèlent être une mine d'informations.
Et comme tu le dresses si bien les échanges humains ne peuvent pas toujours voler très haut....et serait ce prèférable ? Un lol (même inapproprié) derrière la dernière tof de son pote, c'est aussi
de l'affection et une marque de partage de son bonheur. Aussi futile et inadapté soit il, je le préfère à l'indifférence ou l'inhibition que ce fameux pseudo élitisme provoque !
Bien heureux le simple et le naïf.. perso je n'ai de cesse que de l'être à nouveau ;)

Merci pour ces enrichissantes lignes,
Dimanche n'est plus très loin ;)


manu-fishing.over-blog.com 05/08/2011 11:44



Salut Sebastien,


merci pour ces mots et cette reflexion... comme quoi effectivement il y a des LOL intelligents !


On se voit dans un mois à peu près !!