Autumn leaves

Publié le par manu-fishing.over-blog.com

IMG_1970.JPG

 

Nous y voila… l’épaisse brume matinale nous déstabilise en nous privant de points de repères, la température de l’eau de surface passe progressivement en dessous des 15°, les bancs d’herbiers si chèrement recherchés pourrissent surement et ne nous offrent plus les meilleurs spots. Les journées sont maintenant plus courtes que les nuits.

IMG_1956.JPG

 

Notre temps de pêche diurne se voit à priori diminué, pourtant nous pêchons plus longtemps et peut être même davantage. En effet, les températures caniculaires nous démotivent pour pratiquer tout au long de la journée, alors que la constance thermique automnale rend notre pratique plus certaines car nos amis à sang froids anticipent les longues périodes de fraicheur et ainsi vaquent plus assidument à se constituer des graisses. Ainsi le moment des paradoxes sonne ! Le tintamarre de l’automne est une invitation à pratiquer plus assidument que jamais. Certes la fraicheur nous saisie, nous voila vêtu tels des explorateurs subpolaires, pourtant le meilleur reste à venir. Les effets chromatiques des feuilles trépassantes me fascinent, la transparence de l’eau s’affirme en même temps que le froid nous engourdit toujours plus. L’heure des grands capots nous motive pour l’euphorie des grands rassemblements hivernaux.

IMG_1885.JPG

La pêche à la verticale qui nous rebute tant pendant le reste de l’année, nous offre sans l’ombre d’un doute la possibilité de tableaux sans aucune comparaison avec les résultats avant l’avènement de cette pêche ! Certes les combats sont bien moins exotiques qu’un saut de Bass sur le plus bruyant des stickbaits, pourtant il nous tarde de ressentir la décharge d’adrénaline que nous offre la pêche à l’aplomb du bateau. En effet, cette pêche se singularise par la proximité avec laquelle nous traquons ces poissons qualifiés de piètres combattants ! Toutefois une attaque de sandre à moins de 10 mètres via une fine tresse et un canne ferme en carbone nous offre une sensation proche d’un shoot de toxicomane… c’est bon et court… une fois que l’on y a goutté on ne serait s’en passer… certes les combats sont en général modestes, mais la récurrence peut garantir des sensations fantastiques sans l’ombre d’un risque d’overdose ! Quelle merveilleuse impression de voir apparaitre sur notre écran de sondeur une dense  boule de poissons et sentir dans les secondes qui suivent notre paume de main vibrer.

IMG_1952.JPG

Ainsi pas de doute, je suis totalement épris  de l’automne…  de toutes ses pêches, celle de fin septembre finalement proche des coups du soir estivaux mais bien sur celles des premiers grands froids. J’aime cette saison probablement aussi car la nature avant une léthargie nécessaire nous offre un final digne des puissants roulements de timbales des plus grands opéras. Le souvenir des nombreuses sessions à la carpe me rendent toujours nostalgique de cette période qui finalement ne me déçoit jamais. Je me délecterai de toute manière de ce que m’offrira cette magnifique saison… comme une véritable amitié qui se nourrit de choses spontanées sans attendre aucune contrepartie.

carpe-bisca.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article